Le sacrement de l'Ordre

L’Ordre est le sacrement grâce auquel la mission confiée par le Christ à ses apôtres continue à être exercée dans l’Église jusqu’à la fin des temps: il est donc le sacrement du ministère apostolique. Il comporte trois degrés : l’épiscopat, le presbytérat et le diaconat.

Pourquoi ce nom de sacrement de l’Ordre?

Le mot Ordre, dans l’antiquité romaine, désignait des corps constitués au sens civil, surtout le corps de ceux qui gouvernent. Ordinatio désigne l’intégration dans un ordo. Dans l’Église, il y a des corps constitués que la Tradition, non sans fondements dans l’Écriture Sainte, appelle dès les temps anciens du nom de taxeis (en grec), d’ordines: ainsi la liturgie parle de l’ordo episcoporum, de l’ordo presbyterorum, de l’ordo diaconorum. (…)

L’intégration dans un de ces corps de l’Église se faisait par un rite appelé ordinatio, acte religieux et liturgique, qui était une consécration, une bénédiction ou un sacrement. Aujourd’hui le mot ordinatio est réservé à l’acte sacramentel qui intègre dans l’ordre des évêques, des presbytres et des diacres et qui va au-delà d’une simple élection, désignation, délégation ou institution par la communauté, car elle confère un don du Saint-Esprit permettant d’exercer un “pouvoir sacré” (sacra potestas) qui ne peut venir que du Christ Lui-même, par son Église. L’ordination est aussi appelée consecratio car elle est une mise à part et une investiture par le Christ Lui-même, pour son Église. L’imposition des mains de l’évêque, avec la prière consécratoire, constitue le signe visible de cette consécration.


Le diaconat permanent 

Le diacre est un homme marié qui, avec l’accord de son épouse et de sa famille, accepte de dévouer sa vie au service du peuple de Dieu, au nom de l’Église catholique, en devenant un ministre ordonné de cette Église. Son modèle par excellence est le Christ serviteur.

Le diocèse de Saint-Jérôme est riche d’une communauté de dix-sept couples diaconaux, un diacre veuf et trois couples aspirants. De plus, deux couples diaconaux du diocèse Mont-Laurier et un couple candidat du diocèse de Joliette se joignent au grouupe du diocèse de Saint-Jérôme pour leur cheminement et leur ressourcement.

Pour en savoir plus sur le diaconat, cliquer ici.  Vous pouvez également communiquer avec le couple responsable du diaconat permanent dans le diocèse : M. Jean-Guy Lachance, d.p. et Mme Marguerite Prévost, infodiaconat@diocesestj.ca.


Presbytérat

Pour l'animation des communautés chrétiennes disséminées sur tout le territoire de son diocèse, l'évêque doit pouvoir compter en premier lieu sur des hommes qu'il aura chargés de travailler en étroite collaboration avec lui.

Ces hommes reçoivent le nom de prêtres, ce qui rappelle en partie le rôle d'Aaron et des membres de la tribu de Levi dans la vie religieuse des Hébreux et, par la suite, des juifs dans le judaïsme. Les prêtres, parce qu'ils œuvrent de concert avec leur évêque, forment avec lui l'assemblée du presbytérium.

Pour des informations sur comment devenir prêtre, cliquer ici.

Vous avez des questionnements? Vous sentez une interpellation?  Nous vous invitons à consulter le site de l'Oeuvre des vocations.

Vous pouvez aussi vous adresser au responsable des oeuvres de vocations du diocèse : Mgr Martin Tremblay, v.g., peremartin1@yahoo.ca, 450 432-9742  x 333.


L'épiscopat

L'Église de Jésus existe là où les chrétiens, fidèles du Christ, sont assemblés autour de l'évêque, leur pasteur immédiat. L'évêque tient la place de l'apôtre au milieu des chrétiens qui se rassemblent pour vivre les réalités de l'Évangile.

Les premiers évêques de l'histoire étaient des hommes désignés pour prendre la suite des apôtres dans la direction des communautés chrétiennes au premier siècle. Ainsi, dans une ville comme Rome, les chrétiens rassemblés initialement autour de l'apôtre Pierre, ont désigné, par un processus électif particulier, l'un d'entre eux pour succéder à Pierre après son décès. Avec le temps, dans toutes les villes ou régions peuplées de chrétiens, un homme était élu ou ordonné, selon le même processus électif, pour tenir la place de l'apôtre. Ainsi l'Église de Jésus Christ qui est à Saint-Jérôme, a son pasteur propre en la personne de l'évêque Pierre Morissette.